• Alice Carre

Yoga & Poésie

Mis à jour : juil. 29

Alors que nous nous apprêtons timidement à sortir le nez dehors, je vous invite à prendre quelques instants pour observer ce que vous ressentez à l'aube du déconfinement : excitation ? Inquiétude ? Joie ? Hésitation ? Sérénité ? Colère ? Curiosité ? … Peu importe ce qui vient, il s'agit simplement d'accueillir ce qui est là, et peut-être même de prendre le temps de l'écrire, juste pour soi. Cela peut vous permettre de conscientiser cette période de transition, de voir ce qu'elle vous apporte et de poser vos intentions pour la suite...




Si le Yoga permet de se relier à Soi, il y a plusieurs manières de cheminer, différentes manières de vivre les rituels que vous vous créez, de leur donner un sens, et de les laisser évoluer.

Le Yoga Sutra de Patañjali distingue notamment trois aspects de ce chemin de vie, étroitement liés :

  • tapas : c'est la discipline, l'effort, voire l'ascèse ;

  • svâdhyâya : c'est la connaissance de soi, l'écoute intérieure, l'étude des textes sacrés ;

  • et îshvara-pranidhâna (mon préféré ! ;-) : littéralement « l'abandon au Seigneur », c'est ce fameux lâcher-prise, ou plutôt ce laisser-être qui nous offre tellement de légèreté !

L'un ne va pas sans l'autre, et c'est tout l'art du Yoga de rechercher une forme d'équilibre entre ces moyens, sans toutefois en faire un but.

Tout cela peut vous sembler bien théorique, et c'est pourquoi je fais le lien avec la pratique du Yoga au sens où on l'entend « habituellement » : au-delà de la discipline corps-esprit, il y a ce mélange de quête et d'abandon, cette recherche intense mêlée de douceur. Libre à chacun de remplir ces mots de sens, plutôt que de certitudes !


En pratique :

Pourquoi ne pas combiner votre pratique posturale avec un moment d'écriture ?

Quelques postures familières suivies d'une courte relaxation peuvent vous permettre de vous ancrer et de vous rendre disponible pour laisser simplement « sortir » les mots qui viennent, et laisser s'exprimer la fameuse « petite voix », celle qui vous guide. Parfois, le simple effet « court-circuit » de la pratique fait émerger de nouvelles idées, une autre dimension, un regard différent.


Et si on mettait à la poésie ?

L'écriture poétique a cet avantage qu'elle fait appel à notre imaginaire, et nous autorise à quitte le « mode rationnel » sur lequel nous sommes la plupart du temps branchés. Cette forme d'écriture favorise au contraire le « mode intuitif », l'écoute de ce qui vibre en nous, le langage du cœur, et peut-être un état de contemplation, ouvert à ce qui nous dépasse.


Comment faire ?

Nul besoin de vous imposer les règles de la poésie classique (sauf si cela vous amuse!), vous pouvez simplement commencer à laisser libre court à votre écriture de manière spontanée (no jugement!). Explorez sa musicalité, ses images, jouez avec la résonance des mots...

Si vous tenez vraiment à suivre une forme de poésie, je vous suggère d'essayer le haïku : un poème zen de trois lignes courtes, qui vise (à l'origine) rien de moins que l'éveil dans la contemplation de la nature. Sans trop vous encombrer l'esprit, ayez en tête ces quelques règles : trois lignes courtes, en référence à la nature, avec un effet de surprise à la troisième ligne. Pour vous inspirer, voici un exemple du célèbre Matsuo Bashõ :

" De temps en temps
les nuages nous reposent
de tant regarder la lune "


Et en guise d'exemple d'écriture libre, je vous partage une poème que j'ai écris pendant cette période de confinement qui a été pour moi un moment privilégié :

« Un jour blottie, à l'intérieur

Là où ma seule conscience demeure

Je me relie, à l'éphémère

Un éclat de rire sur cette Terre

Aussi improbable que sincère

Sans raison, pourquoi en faudrait-il une ?

Il me remplit d'une joie pure

Pur joyaux insolite, bonté divine !

Ce rire fou d'être juste Nature »


Alice Carre


#yogamontpellier #poésiedelavie #yinyangyoga #écriture #créativité #expressiondesoi